Fin de l’hiver, reprise progressive de la saison

Avec les dernier soubresauts hivernaux et les dernières giboulées, la saison apicole démarre tranquillement à l’abri des ruches. Les reines se sont remises à pondre en février déjà. Les pollens de noisetiers permettent d’apporter les premières protéines aux jeunes larves en cours de développement et l’apiculteur doit veiller à apporter la nourriture aux colonies qui auraient épuisé leurs réserves.

Les apiculteurs finissent de préparer la nouvelle saison. Pour ma part, douze ruches neuves viendront remplacer mes plus anciennes bâtisses, afin d’uniformiser un peu mon matériel. C’est donc le dernier moment pour imprégner les bois d’huile de lin (qui a des bonnes propriétés de protéger le bois, tout en le laissant respirer et en n’apportant aucun produit toxique dans la ruche) ou peindre les toits avec des couleurs gaies et printanières (là aussi des peintures écologiques sont soigneusement choisies). C’est aussi le moment de préparer des cadres avec des cires neuves pour remplacer, durant la saison, les plus anciens cadres et stimuler, dès la floraison des merisiers, la ponte de la reine.

Les visites au trou de vol se multiplient. On vérifie la bonne activité des colonies, l’apport régulier de pollen, la présence d’abeilles mortes. Les ruches suspectes ont déjà été ouvertes. Quelques pertes sont à déplorer, mais elles restent heureusement dans la moyenne (10-15% des colonies). La plupart semblent donc avoir correctement démarré leur saison. Seule la visite de printemps, qui interviendra dès que les températures atteindront 15-17°C, permettra de contrôler la présence de la reine, la qualité du couvain, la force de la colonie et la propreté des cadres.

Le programme de parrainage sera remis en route suite à la visite de printemps, en fonction du nombre de colonies de production. Quelques ruches devraient être disponibles cette année. Nous vous invitons à vous inscrire à notre newsletter pour être les premiers informés dès le démarrage du programme.