Extraction difficile

L’extraction du miel de printemps est généralement réalisée 1 semaine à 10 jours après la fin de la floraison du colza. Il est néanmoins nécessaire d’attendre des conditions sèches sur plusieurs jours consécutifs, afin d’éviter d’extraire un miel trop humide et de garantir, ainsi, sa bonne conservation. Cependant, le miel de colza cristalise très rapidement. Il convient donc de réaliser l’extraction avant qu’il ne soit entièrement figé dans les rayons. La grande dificulté est ainsi d’attendre suffisament pour que le miel soit le plus sec possible et pas trop pour pouvoir encore le récupérer. Par ailleurs, si l’on attend trop, de nouvelles miellées (tilleuls, ronces, etc.) viendront se mélanger au miel de colza présent dans les rayons et apporteront leur lot de miel frais, encore humide, réduisant les propriétés de conservation du miel. Il conviendra alors d’attendre la fin de cette nouvelle miellée, ce qui rendra l’extraction du premier miel, alors cristallisé, impossible.

A l’Isle, la fin de la floraison du colza était, cette année, entre le 20 et le 22 mai. Cependant, la météo n’a pas permis de réaliser une extraction dans les 10 jours en de bonnes conditions. Seuls les cadres entièrement operculés ont, dans un premier temps, été prélevés et extraits (le 28 mai), après une période un peu plus sèche. Le solde sera extrait ce weekend (11-12 juin), après 2 jours (seulement) de beau, mais avant le début de la miellée des tilleuls et le retour de la pluie.

Le miel a été régulièrement testé au refractomètre, directement dans les ruches. Nous avons constaté que même sur le miel operculé, les taux d’humidité restent élevés. Les directives à suivre pour une labellisation du miel (Miel du Pays de Vaud et Produit des Parcs suisses, Parc Jura vaudois) exigent un taux d’humidité inférieur à 18%, ce qui garanti l’absence de fermentation, même après 2 à 4 ans. Les taux d’humidités observés sont, cette année, plus proche de 19 et 20%. Le risque de fermentation et donc plus élevé et les durées de conservation seront réduites. Le miel récolté ne pourra donc pas être labellisé, mais sera néanmoins conforme à l’Ordonnance du DFI sur les denrées alimentaires d’origine animale qui exige un taux d’humidité inférieur à 21%.