Estivage à la Vallée de Joux retardé

Un nouveau miel était prévu pour 2016. Un miel de fleurs de montagne, présentant une plus grande diversité d’arômes et de couleurs. J’avais ainsi le projet de déplacer quelques colonies sur les alpages des pâturages boisés jurassiens.

L’alpage de La Capitaine, en dessus du Solliat (Commune du Chenit), à 1150m d’altitude et exploité depuis quelques années en bio a été retenu pour cette expérience. Lors de ma première visite sur place, le 13 mai, leurs fleurs n’étaient pas encore présentes sur l’alpage, mais, une semaine plus tard, les pissenlits couvraient de jaune l’herbe encore rase du pâturage. C’était le bon moment pour déplacer les colonies, qui devaient rester jusqu’en juillet, à la fin de la floraison des prairies.

Cependant, tout mouvement de colonies est soumis à une autorisation de l’inspectorat des ruchers. En automne dernier, un cas de loque américaine a été observé sur cette même commune. Les ruches concernées ont été détruites et la zone mise sous séquestre (interdisant tout déplacement de colonies) afin de limiter les risques de dispersion de la maladie. Avant de lever le séquestre, les inspecteurs des ruchers doivent visiter toutes les ruches présentes dans le périmètre et s’assurer qu’il n’y a pas d’autres foyers de loque dans le secteur. Compte tenu de la météo plutôt froide et humide de ce printemps, ces visites n’ont pas encore été réalisées et tout déplacement de colonie reste interdit !

Le support prêt à accueillir 5 ruches sur cet alpage reste donc vide, en espérant que le séquestre sera levé prochainement…